1. BENETEAU
  2. Newsroom
  3. Actualités Nautiques
  4. La transatlantique de COQUE EN PLASTOC

La transatlantique de COQUE EN PLASTOC

Une première boucle de 5 000 milles à bord d’un First 35S5

Fin septembre 2019, Lancelot et Gautier, deux jeunes étudiants, quittent le port de Saint Cast dans les Côtes-d’Armor à bord de leur voilier, un First 35S5, GO&LAN. Ils décident de mettre à profit leur année de césure pour effectuer la boucle Atlantique avec une ambition écologique : lutter contre le plastique. Ils viennent de créer l’association COQUE EN PLASTOC. Bien que novices en navigation, leur motivation et leur détermination les poussent à prendre le large. Six mois plus tard et 5012 milles parcourus, ils viennent d’arriver à Virgin Gorda aux Îles Vierges britanniques. Moral toujours au beau fixe, malgré le confinement, ils ont hâte de poursuivre leur belle expédition. Carnets de bord et photographies à l’appui, retour sur quelques moments forts !

La traversée du Golfe de Gascogne

Début octobre, l’équipage trouve enfin une fenêtre météo qui va lui permettre de quitter la Bretagne Nord. Cap sur La Corogne en Espagne qui est l’escale obligée après le Golfe de Gascogne. A cette époque de l’année, les tempêtes automnales sont nombreuses. Pour la première fois, pendant 4 jours, les jeunes marins se retrouvent dans des conditions hauturières c’est-à-dire à plus de 60 milles d’un abri côtier. Très concentrés dans la houle, le troisième jour leur offre une belle surprise :

« Depuis quelques jours, on espérait secrètement croiser la régate des mini 6.50 partis de la Rochelle, et ce matin-là 25 mini 6.50 apparaissent, filant droit vers les Canaries, un sacré spectacle ! »

COQUE EN PLASTOC sur le terrain

En Espagne, au fil de leurs escales, les deux étudiants procèdent à la collecte de plastique sur les plages ou dans les ports. Il n’y a pas de petit geste pour préserver l’environnement ! A bord, on oublie les emballages plastique et on procède au tri sélectif, vive la gourde et les savons durs bio !

« On est assez surpris de la quantité de déchets dans certains ports, et plutôt fiers d'en sortir le maximum de l'eau ».

Parfois, l’épuisette n’est pas assez grande pour récupérer les gros déchets.

Les rias du Cap Finistère

Après la Corogne, le First 35S5, GO&LAN de Lancelot et Gautier fait escale à Muxia et Portosín. La côte nord-ouest de l’Espagne présente de nombreuses rias plus ou moins longues, qui permettent des arrêts plutôt bien protégés. C’est le bon moment pour réparer une pièce de bateau, échanger des conseils avec les autres plaisanciers et s’assurer que l’on maitrise de mieux en mieux les manœuvres maritimes.

« Au fil du temps plusieurs bateaux français sont arrivés, avec plus ou moins un programme similaire au notre, on devrait les recroiser ! On dépanne untel d'un boulon, des pro de la pêche nous offrent un gros morceau de thon, on nous donne deux trois conseils pour la pêche. »

 
Les conseils portent leur fruit : une bonne prise pour le diner du soir !

Les Canaries, dernière étape avant la Transatlantique

Partis du Portugal, les marins mettent le cap sur l’archipel. Premiers quarts de nuit, premiers grains, première grosse casse (un chariot de grand-voile lors d’un empannage entre Fuerteventura et Gran Canaria), les navigateurs de GO&LAN se perfectionnent de jour en jour :

« A part quelques orages peu rassurants en mer, la navigation s'est super bien passée, un beau temps, une allure portante qui donne un avant-goût d'Atlantique, premiers apéros en mer, très agréable. »

« L'arrivée aux Canaries est un rêve, quelques rochers au loin après 5 jours de navigation, le bonheur ! »

A ce stade de leur voyage, ils ont parcouru 1 600 milles.



Les Canaries : ultime étape avant les derniers préparatifs pour tout plaisancier qui décide de traverser l’Atlantique.

La «Transat’ » de GO&LAN, une expérience formidable

Fin novembre 2019, c’est de l’île de El Hierro, la plus petite île des Canaries, que GO&LAN largue les amarres. Une traversée de 2 500 milles nautiques, soit 4000 km attend l’équipage. Direction la Martinique aux Antilles.

« Nous espérons mettre entre 20 et 25 jours selon le vent. Normalement c'est une navigation plutôt agréable avec un vent portant de bout en bout. L'équipage est serein, impatient de traverser et vivre cette expérience unique. »

Venue aux Canaries, Coline, l’amie de toujours et monitrice de voile rejoint l’aventure.

Après 20 jours de mer, très sereinement, sans casse, l’équipage du First 35S5 arrive en Martinique :

« C'était vraiment une expérience formidable dont nous sommes supers fiers. On a été impressionnés par la beauté de l'océan, des paysages à perte de vue ».  


voir la vidéo de la traversée

Initiatives éco-responsables aux Antilles

De retour sur la terre ferme, depuis décembre, COQUE EN PLASTOC a multiplié ses actions de nettoyage, comme aux Saintes, où ils ont découvert une plage fortement polluée par les déchets plastiques refoulés par la mer. Les déchets furent déposés au centre de recyclage. Plus récemment aux Îles Vierges Britanniques, le duo a constaté les dégâts provoqués par les cyclones et la pollution présente sur les plages :

« On a pu réaliser pas mal de ramassages ces derniers temps, les îles Vierges sont souvent ravagées par les cyclones, ça nous donne du fil à retordre. »

Entre leur projet éco-responsable et leur apprentissage de la navigation sur leur First, l’expérience maritime de Lancelot et Gautier grandit au fil des rencontres et des lieux ; depuis leur départ en Bretagne, ils ont parcouru 5012 miles. 

AUTRES LIENS UTILES 

COMMENT GAUTIER A CHANGÉ UN CHARIOT DE GRAND-VOILE 

Comment trouver un équiper pour trois mois ou trois jours 

Lire l’interview de Coque en Plastoc

suivre COQUE EN PLATOC sur Facebook

 

COQUE EN PLASTOC et la lutte contre le plastique

Ici en Martinique avec des amis venus prêter main forte.

Aux Iles Vierges Britanniques sur l’île de Saint Kitts.