Andreani Design

Être curieux, toujours… Et aller chercher de nouveaux défis.

De Ferrari à Bénéteau

Dans l’Italie foisonnante et créative des années 80, Pierangelo Andreani démarre sa carrière de designer comme dans un rêve : chez Pininfarina, au sein du plus célèbre centre de design de l’époque, il prend part à la création de la Ferrari Mondial 8. Responsable du Style pour le Groupe De Tomaso, il pose notamment sa griffe sur la Maserati Biturbo et la moto Guzzi Le Mans 850. Indépendant depuis une trentaine d’années, cet esthète passionné signe depuis 2005 de nombreux
intérieurs de bateaux Bénéteau. 

Pierangelo Andreani : A la fin de mes études, mon rêve était d’entrer chez Pininfarina et d’y dessiner une voiture. Mon rêve s’est réalisé et j’ai travaillé sur différents projets de voitures. A cette époque, il n’y avait ni ordinateur, ni logiciel sophistiqué, pas assez de budget… Mais nous étions insouciants et l’enthousiasme était tel que cette aventure fut simplement incroyable. 

Pierangelo Andreani

Voitures, vélos, scooter ou bateaux, chaque nouveau projet engage totalement le designer ! Le challenge consiste à connecter le rêve à la réalité. Pour cela, il est nécessaire de posséder des connaissances sur les matériaux et les process d’industrialisation. La mission est toujours d’offrir le meilleur design, combiné à une parfaite ergonomie. La règle est de trouver une solution adaptée à l’industrialisation tout en gardant en tête l’idée de départ. Pierangelo Andreani possède l’art de transmettre intacte dans l’objet fini toute l’émotion contenue dans les premières esquisses. 

Guzzi moto le mans 1980

La première collaboration avec Bénéteau remonte à 2005. Le challenge était de créer une nouvelle gamme de sport-cruisers entre 34 et 50 pieds (actuelle gamme Gran Turismo). Pour rivaliser avec les concurrents italiens et anglais, le design devait être original mais pas décalé. Récemment Pierangelo Andreani a signé pour Bénéteau les intérieurs du Swift Trawler 30, du Gran Turismo 46 ainsi que celui de l’Oceanis Yacht 62 : son premier voilier.  

Pierangelo Andreani : J’ai extrêmement apprécié de travailler sur le Swift Trawler 30. C’était un projet plein de contraintes ! Dimensions, coûts, contraintes de production… Tout cela est très stimulant pour moi qui n’aime pas le travail facile ! Aujourd’hui je suis particulièrement fier du résultat. Cela n’aurait pas été possible sans une implication énorme de la part des équipes Bénéteau. Ce projet était un immense challenge pour tout le monde et il est le fruit d’un formidable travail d’équipe. 

Oceanis Yacht 62

Conceptions